Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

Coubalan/Saint-Julien Un partenariat pas comme les autres

 

Senegal France 093 

UN PARTENARIAT PAS COMME LES AUTRES

  

La DECENTRALISASION est l’une des politiques majeures  initiées par le gouvernement sénégalais dans ces vingt dernières années. Elle consiste à déconcentrer les pouvoirs de l’administration centrale, par le biais du transfert aux collectivités d’un certain nombre de compétences. Parmi les compétences transférées, l’éducation en est une.

La conséquence immédiate de cette politique de décentralisation est de conférer  aux collectivités locales le pouvoir de nouer une coopération directe avec une collectivité d’un quelconque autre pays reconnu par le Sénégal. Le mot est lâché : coopération. C’est justement la manière de concevoir la coopération qui a souvent vidé celle-ci de son sens. En effet, la coopération est assimilée à l’assistanat dans la plupart des cas, par la faute aussi bien des autochtones que des coopérants étrangers. Cette manière là de  faire de la coopération ne peut être bénéfique pour les peuples puisqu’elle développe chez les bénéficiaires  l’esprit  « d’éternels assistés », et chez les donateurs l’esprit de « après moi, c’est le déluge ». Si la coopération entre les peuples est à magnifier, cette manière de la faire est à déplorer.   

C’est cet écueil que l’association « Solidarité Sénégal » de St Julien les Rosiers et la Communauté Educative du Collège d’Enseignement Moyen de Coubalan ont su transcender, ayant toutes les deux la claire conscience que la coopération ne saurait être réduite à un simple assistanat, comme l’atteste la CONVENTION scellant leur coopération. Dans cette convention, les deux parties s’engagent à élaborer puis à exécuter ensemble des projets aux bénéfices des peuples des deux communautés. Ce qui nous a valu des réalisations combien utilitaires pour les bénéficiaires, comme l’atteste cet inventaire de nos actions communes, en seulement deux ans de coopération :

  • La tenue de 2 camps de vacances au village de Djilacoune du sénégal a permis de réunir cumulativement 30 jeunes français et 30 jeunes sénégalais six semaines durant. Ces rencontres ont favorisé des échanges fructueux entre une soixantaine de jeunes de cultures différentes. Mais elles ont surtout permis aux jeunes de bâtir brique par brique, de leurs propres mains noires et blanches, un marché livré aux femmes de la communauté rurale, et une salle polyvalente destinée aux élèves du Collège d’Enseignement Moyen (C.E.M), tout le matériel de construction ayant été acheté par l’association « Solidarité Sénégal ».
  • Une subvention annuelle de « Solidarité Sénégal » permet d’acheter les denrées destinées à la cantine scolaire du C.E.M, alors que les jeunes collégiens entretiennent non seulement un jardin dont les produits serviront à améliorer les repas, mais aussi des plantes fruitières dont la vente des produits permettra plus tard de mettre fin à la subvention.
  • La direction du C.E.M crée des bibliothèques itinérantes dans chacun des six villages polarisés par le collège, l’association « Solidarité Sénégal » décide de les équiper en manuels.
  • La communauté éducative du C.E.M débute la construction de 14 salles de classe, l’association « Solidarité Sénégal » l’achève en assurant le crépitement des murs, la réalisation des dalles et des  charpentes, l’achat de la peinture, tandis que les élèves procèdent au badigeonnage des bâtiments.
  • Enfin, la communauté éducative du C.E.M débute la construction de sept nouvelles salles de classe en banco, l’association « Solidarité Sénégal » l’achève en assurant le crépitement des murs, la réalisation des dalles et des charpentes.

 

 

COMPTE RENDU DU SEJOUR  EN FRANCE DE LA DELEGATION DU C.E.M DE COUBALAN PAR

Les élèves Astou BADIANE, Sadio DIEDHIOU, N’dèye Siré SANE, Anta COLY, Aissatou SAGNA, Momar Talla DEME et Boubacar COLY

 

 

INRODUCTION

Dans le cadre du partenariat noué entre l’Association « SOLIDARITE SENEGAL » et notre Collège, un voyage sur la France, plus précisément  à St Julien les Rosiers, a été financé par la dite association. La délégation sénégalaise devait compter 9 élèves, 1 professeur et le principal du CEM de Coubalan. Malheureusement, 2 élèves (Rokya COLY et Boubacar FAYE) n’ont pas pu faire le voyage, faute de ne pas pouvoir obtenir des visas.

Le principal nous a chargé de faire le compte rendu du séjour que voici :

  

Lundi 12 Juillet:

16H30, nous sommes arrivés à l’aéroport de Marseille, avec un retard de 2H. Car, lors de l’escale de Lisbonne, nous avons raté notre avion de 12H30, pour ensuite voyager avec celui de 14H30. Ce séjour prolongé à l’aéroport de Lisbonne a démultiplié notre fatigue due à ce long voyage inhabituel pour nous. Mais aussitôt débarqués à l’aéroport de Marseille, toute cette fatigue est dissipée par  l’accueil chaleureux que nous ont réservé les membres de Solidarité Sénégal présents à l’aéroport, à leur tête le président Marc. Des embrassades et des prises de photos avant de prendre les voitures devant nous amener à St Julien Les Rosiers.

Arrivés à St Julien Les Rosiers vers 20H30 (heure locale), nous avons eu droit à un accueil formidable devant le complexe polyvalent de St Julien les Rosiers où nous attendait encore un joli monde. Rassurés par la présence massive de nos jumeaux du séjour de Décembre 2009, nous nous sommes mis aussitôt à l’aise.

Après un repas copieux partagé avec plusieurs membres de Solidarité Sénégal, nous avons procédé aux échanges de cadeaux, avant de rejoindre nos chambres pour un sommeil profond.

 

Mardi 13 Juillet:

Dans la matinée, les jumeaux français et sénégalais ont procédé à des échanges sur le calendrier d’activités durant le séjour. Après avoir amendé le calendrier, nous avons élaboré un questionnaire préparant notre prochaine rencontre avec un médecin gynécologue.

L'après-midi, nous avons visité le lycée agricole de Rodilhan. Cette visite nous a permis de découvrir, pour la première fois, des champs de vigne et de pommiers. Jusqu’ici, nous ne voyions que les fruits de ces plantes sur l’étal des vendeurs de fruits dans notre pays le Sénégal. Nous avons reçu, de la part des autorités du lycée, des explications très claires sur de nombreux domaines (la culture bio, les systèmes de distribution d’eau en milieu rural comme urbain, le mécanisme de production du vin et du compost etc…). Nous avons bien apprécié la dégustation de jus de pomme organisée en notre honneur à la fin de notre visite.

Etant à la veille du 14 Juillet, la population de St Julien Les Rosiers tenait à démarrer les festivités de cette grande fête de la France. L’impressionnant feu d’artifice organisé par la mairie, a connu un grand succès. Un sympathique bal populaire a suivi jusqu’à une heure tardive de la nuit.

 

Mercredi 14 Juillet

Comme à l’accoutumée, le Méchoui du village a regroupé  des centaines de personnes dont nous de la délégation sénégalaise.

Nous avons mangé beaucoup de viande de mouton bien grillée au bois, comme savent le faire les détenteurs de « dibiteries » au Sénégal. Ce fut une belle fête qui s’est achevée par un tournoi de pétanque.

 

Jeudi 15 Juillet 

Dés 8H, nous sommes déjà dans les véhicules devant nous amener à Nîmes pour y rencontrer le médecin gynécologue en présence de ses assistants. Cette séance de travail nous a permis de mieux connaître notre corps et les rôles de chacun de nos organes génitaux, avant d’être informé sur les différentes méthodes de contraception.

A la suite de ce véritable cours de gynécologie, nous nous sommes promenés à travers les rues de Nîmes. Cette promenade nous a amené à découvrir des sites touristiques que tout visiteur de Nimes tient à voir : les arènes, la maison carrée, la grande horloge.

La soirée a été utilisée pour tenir le premier atelier informatique. Nous avons profité de cette première séance pour créer une adresse mail.

 

Vendredi 16 Juillet

La matinée est consacrée aux 3 chantiers programmés durant notre séjour : Participation aux activités du Secours Populaire à Alès (association menant des actes de SOLIDARITE en faveur des déshérités) ; Confection d’une fresque à apposer sur une façade de la Mairie de St Julien Les Rosiers ; Contribution à la réhabilitation du Château de Croussoul à Martinet ; Aménagement (débroussaillage) d’un parc de la municipalité de St Julien Les Rosiers.

Tous les jumeaux français et sénégalais, la main dans la main, ont été répartis dans les différents chantiers dés la veille.   

Aux environs de 14h, nous nous sommes rendu à la rivière « Roc tombé ». Reconnaissons que cette séance de baignade nous a fait beaucoup de biens en ces temps de chaleur qui a sévi durant tout  notre séjour.

La soirée fut théâtrale. En effet, les jumeaux sénégalais ont présenté, avec brio, une pièce théâtrale sur « l’émigration clandestine », devant un public attentif et intéressé qui a partagé le repas avec nous à la fin du spectacle.

 

Samedi 17 juillet

En milieu de matinée, nous sommes tous partis visiter le château de Crouzol à Martinet, à quelques kilomètres de St Julien Les Rosiers. Cette visite a été très instructive, et nous a permis d’avoir une meilleure idée des travaux à y réaliser durant notre séjour.

L’après midi, nous nous sommes rendu à Calvisson pour assister à un spectacle d’encierro et d’abrivado. Ce qui nous a permis de découvrir quelques aspects de la culture de la région. On pourrait dire que c’est la fête des taureaux. Il s’agit de lâcher des taureaux qui poursuivent les spectateurs qui osent se mettre à leur portée. Ce jeu nous a paru très dangereux, car pouvant occasionner des accidents mortels. Néanmoins, nous nous sommes vraiment régalés de ce spectacle assez original.

A cette occasion, nous avons rencontré la maman à GUALAYE dont le bloc administratif du CEM de Coubalan porte le nom. Elle et ses amis nous ont accueilli à l’entrée de Calvisson pour nous souhaiter la bienvenue en nous servant de la boisson fraîche à gogo.

 

Dimanche 18 Juillet

Les jumeaux et jumelles sénégalais ont séjourné chez leurs jumeaux respectifs, afin de vivre les différentes facettes de la vie des français.

Au retour  des jumeaux, dans la soirée, une réunion de bilan à mi-parcours a été organisée, pour mieux aborder la deuxième semaine.

 

Lundi 19 juillet

La matinée a été consacrée aux différents chantiers cités plus haut.

A 15H, nous sommes partis visiter Haribo, une entreprise championne dans la fabrication et la vente des bonbons. Cette entreprise est impressionnante de par sa capacité de fabrication de bonbons. La visite nous a permis de savoir les différentes étapes de la fabrication du bonbon.

La soirée est réservée aux apprentissages des premiers gestes de secours dispensés par Bruno, un ami sapeur pompier. Plusieurs questions liées au secourisme ont été posées par l’assistance et ont connu des réponses pertinentes.

 

Mardi 20 juillet

Comme d’habitude, à chaque chantier son équipe de jumeaux pour assurer les travaux.

L’après-midi est réservée à la visite du musée de la soie à St Hippolyte-du-Fort. Cette visite nous a édifié sur l’origine de la soie à partir des cocons des vers de soie. Les pertinentes explications fournies par le conservateur du musée ont fini de nous convaincre sur les raisons du coût élevé des tissus en soie.

Dans la soirée, un atelier informatique a été tenu en faveur des jumeaux sénégalais. Ce deuxième atelier, mieux organisé, a permis de consolider les connaissances déjà acquises au premier. Chacun de nous sait maintenant allumer et éteindre un ordinateur, utiliser un clavier pour saisir un texte, naviguer dans l’internet notamment visiter notre site www.solidaritesenegal.com. A l’issue de cet atelier, nous nous sommes engagés à démultiplier l’initiation reçue, une fois retournés au CEM de Coubalan.  

 

Mercredi 21 juillet

9h30, départ pour une journée très longue ! Vers 11H, nous sommes déjà dans des canoës pour rallier le pont du Gard distant de 7Km du point de départ. A mi-chemin, les pénibles coups de pagaie ont fini d’aiguiser notre faim, imposant ainsi une pause pique-nique d’une trentaine de minutes. Redoublant d’efforts, les pagayeurs sont finalement arrivés sous le Pont du Gard. Dégustation de quelques sandwiches avant de rendre les canoës.

L’après midi est consacrée à la visite du musée du Pont du Gard suivie de la visite du pont lui-même. Beaucoup de renseignements nous ont été fournis sur le passage de l’empire romain dans cette partie de la France. 

 Après le dîner, nous avons eu droit à la projection du diaporama sur le séjour à Djilacoune de Décembre 2009

 

 Jeudi 22 Juillet

Les jumeaux français ont mené, à eux seuls, les travaux des chantiers du matin, tandis que les jumeaux sénégalais étaient en conclave avec leur encadrement pour faire un bilan de leur participation à une semaine de la fin du séjour.

L'après-midi, nous sommes allés offrir un spectacle de danse à la maison de retraite St Ambroix. Les  personnes âgées bénéficiaires de ce spectacle l’ont beaucoup apprécié. Notre passage dans cette maison de retraite nous a permis de comparer deux manières (française et sénégalaise) totalement différentes de gérer les vieilles personnes.

Au retour de la maison de retraite, nous avons suivi un atelier « santé » animé par Brigitte (l’infirmière du groupe) pour une consolidation des connaissances acquises lors de notre rencontre avec la gynécologue au début du séjour.

Couscous marocain et thé sénégalais ont clôturé cette belle journée.

 

Vendredi 23 Juillet

La matinée est consacrée aux travaux de chantiers réduits à la fresque et au débroussaillage, les autres étant suspendus.

L'après-midi, nous nous sommes rendus à Alés pour visiter la mine témoin. Nous sommes descendus à 300m en profondeur de la terre. Sous l’égide d’un guide, nous avons longé tout le tunnel de la mine, en découvrant les conditions de travail combien difficiles des mineurs qui mettaient en danger leur vie quotidiennement.

Vers 17H, nous sommes déjà à Nîmes. Dans l’enceinte d’Agora (une sorte de centre culturel), les participants au raid organisé par l’association UFOLEP procèdent à une remise de trophées aux gagnants, en notre présence. A cette occasion, les nombreux cadeaux (maillots, ballons, tee-shirt etc…) collectés par les participants au raid ont été  offerts au CEM de Coubalan, en présence du principal Daouda, du professeur Baboucar BADJI et du président de Solidarité Sénégal Marc Raineau, le reste du groupe étant allé visiter Nîmes « by night » sous le guide éclairé de Jean Marie.

Après avoir dîné dans un restaurant italien de Nîmes, nous sommes rentrés à St julien les Rosiers tard dans la nuit.

 

Samedi 24 Juillet

8H30 déjà, nous sommes dans les véhicules à destination du Mont Aigoual, l’une des plus hautes montagnes de la France (1.567m d’altitude). Nous avons fait une escale pour pique-niquer au bas de la montagne, plus précisément à l’Espérou, tout en profitant de la fête du bois qui s’y déroulait à notre passage. A l’occasion, des bucherons experts ont séduit l’assistance en réalisant, en un temps record, des œuvres d’art à partir de troncs d’arbre.

Après cette sympathique escale, commence la montée en voiture. Arrivés au sommet de la montagne, à 1.566m, un climat hostile nous a accueilli : un violent vent pouvant atteindre 250 Km/h ; un froid inhabituel pour les sénégalais (12°C). C’est sous cette contrainte climatique que nous avons visité l’observatoire météorologique du mont Aigoual, son musée très documenté et sa boutique.

A la suite de cette riche journée, nous sommes retournés à St Julien Les Rosiers à 20H.

Le « Niankatan » (riz blanc) servi au dîner préparé par Marie Hélène et N’dèye Siré a rapidement fait oublier la grosse fatigue de la journée. Une ambiance exceptionnelle a régné au cours de ce dîner, notamment chez les sénégalais qui sont restés une douzaine de jours sans manger leur riz quotidien.

La soirée est consacrée à la projection d’un film qui traite de l’histoire des tirailleurs sénégalais, particulièrement les évènements de Thiaroye. Un débat intéressant et très instructif a suivi. A l’issue de ce débat, nous élèves sénégalais avons mieux compris cette partie de l’histoire de notre pays.

Dimanche 25 Juillet

2ième journée de séjour des jumeaux sénégalais dans les familles de leurs jumeaux français respectifs.

 

Lundi 26 Juillet

La matinée est consacrée aux chantiers : un groupe a rejoint le Secours Populaire, à Alès, pour la vente d’articles collectés ; un autre s’est rendu à la fresque ; le plus grand nombre de jumeaux sont affectés aux travaux de débroussaillage.

L’après-midi, la visite de la grotte de la Cocalière est au programme. Ce fut  un merveilleux voyage, d’une heure environ, dans les profondeurs de la terre. Nous avons marché sur une distance d’un kilomètre, sous une température de 14°C. Tout le moment que dure cette longue marche, un guide raconte l’histoire de cette grotte. Au bout de ce voyage au centre de la terre, s’ouvre la porte qui mène au petit train qui assure le retour  des visiteurs.

Dans la soirée, nous avons reçu 2 membres de la Cimade, une association d’aide aux refugiés sans papiers qui veulent s’installer en France. A cette occasion, nous avons joué, pour une deuxième fois, notre pièce théâtrale sur l’émigration. Ce fut un bon prétexte pour un débat animé par les membres de la CIMADE qui nous ont édifié sur les différentes lois « anti émigration » de la législation française.

 

Mardi 27 Juillet

 Dernière matinée réservée aux chantiers « fresque » et « débroussaillage ».

L'après-midi est consacrée aux échanges culinaires : Chaque jumeau sénégalais s’est rendu chez son jumeau français pour qu’ensemble ils préparent un repas français. L’objectif est de faire découvrir aux jeunes sénégalais la culture française dans son aspect culinaire.

Aux environs de 18H, le conseil municipal de St Julien Les Rosiers a organisé, dans la salle de mariage de la Mairie, un pot « d’au revoir », en l’honneur des participants au camp de vacances. A cette occasion, Monsieur le maire Serge Bord a magnifié les différents séjours organisés aussi bien en France qu’en Djilacoune au Sénégal. Il a manifesté la joie du Conseil municipal d’avoir hébergé ce séjour.

Dans la soirée, nous avons suivi la projection du diaporama du séjour réalisé par M. Marc.

Tard dans la nuit, une réunion de bilan a regroupé tous les jumeaux et leurs encadreurs.

 

Mercredi 28 Juillet

 C'est le jour du départ pour le Sénégal. La matinée est réservée au rangement des bagages. Casse-tête pour les sénégalais qui ont souvent plus de bagages que la quantité autorisée. Nous avons, cependant, privilégié les 250Kg de bagages destinés au C.E.M.

14H, l’heure de la séparation a sonné avec son lot de pleurs et de regrets. Nous nous sommes engouffrés dans les véhicules devant nous amener à l’aéroport de Marseille, toujours en compagnie des dirigeants de « Solidarité Sénégal » qui ne nous ont lâchés qu’au moment de l’embarquement.

 

CONCLUSION

Beaucoup d’enseignements sont à tirer de ce séjour. Il nous a surtout permis de nous rendre compte que la vie en Europe n’est pas aussi aisée que nous le pensions avant ce voyage. Elle est faite de réussites, mais aussi de difficultés.

Par ailleurs, ce séjour a fini de nous convaincre de l’impertinence du racisme et de l’intolérance culturelle. Car, il nous a permis de tout partager avec nos jumeaux français, dans le respect des différences et la plus grande intimité.

Enfin, ce séjour nous inspire respect et considération à l’égard de nos partenaires qui ne ménagent aucun effort pour que le C.E.M de Coubalan émerge, à travers les nombreuses initiatives qu’ils prennent pour la consolidation de notre partenariat. Ce qui nous impose d’adopter, désormais, un autre comportement plus responsable, afin de réaliser tous les engagements que nous aurons à prendre, pour que disparaisse pour toujours tout « assistanat » au profit d’un « partenariat » fécond.

 

 

 

UNE DELEGATION DU C.E.M DE COUBALAN A SAINT JULIEN LES ROSIERS : QUELS ENSEIGNEMENTS ?

PAR

DAOUDA GUEYE ET BABOUCAR BADJISenegal France 093

 

INTRODUCTION

Du 12 au 28 Juillet 2010, le principal du CEM de Coubalan Daouda GUEYE accompagné d’un professeur Baboucar BADJI et de 7 élèves (5 filles et 2 garçons) ont séjourné à Saint Julien les Rosiers en France, à la suite d’une invitation de leurs partenaires de l’association « Solidarité Sénégal ». A l’issue de ce séjour, nous encadreurs des jeunes sénégalais tentons de dégager les enseignements ci-après :

 

A PROPOS DES PREPARATIFS DU VOYAGE

Une fois encore, la recherche des documents de voyage n’a pas été facile. Malgré la forte sensibilisation menée auprès des 800 élèves que compte notre collège sur la nécessité d’acquisition d’une pièce d’identité, seuls les 2 élèves qui ont voyagé l’an dernier en possédaient au moment où on devait débuter le processus de sélection. Or, la carte d’identité nationale est une pièce indispensable à l’obtention d’un passeport. Pire, les autorités de Ministère de l’intérieur du Sénégal avaient cessé de confectionner des cartes d’identité pour des raisons que nous ignorons. Finalement, une dérogation octroyée par la Direction des passeports a permis aux jeunes sélectionnés d’obtenir des passeports sans détenir une carte d’identité nationale.

Cependant, 2 élèves sélectionnés ont été mis en rade au moment du voyage : l’une n’ayant pas pu obtenir son passeport, l’autre se voyant refuser le visa. Finalement, seuls 7 élèves sur 9 sélectionnés ont pu faire le voyage.

L’enseignement à tirer de cette expérience reste la nécessité de renforcer la sensibilisation auprès des élèves du CEM pour la recherche d’une carte d’identité nationale en dehors de toute perspective de voyage.

 

A PROPOS DE LA COMPOSITION DE LA DELEGATION SENEGALAISE

Pour procéder à la sélection des 9 élèves, nous avons tenu compte de tous les villages polarisés par le CEM. Seulement, le rapport Filles/Garçons est très déséquilibré : 6filles contre 3 garçons. Ce déséquilibre est dû au fait que nous nous inspirons de la composition du groupe français pour procéder à la sélection de nos jumeaux.

Nous souhaitons qu’à l’avenir ce déséquilibre soit corrigé.

La présence, dans la délégation, d’un représentant de l’association des parents d’élèves pourrait permettre de mieux mobiliser cette structure du collège qui occupe une place importante dans le dispositif de notre partenariat. 

 

 

A PROPOS DU VOYAGE

Le voyage s’est assez bien déroulé, malgré les 2H de temps de plus passées à l’aéroport de Lisbonne après avoir raté un avion.

 

A PROPOS DU SEJOUR EN FRANCE

Le programme élaboré nous a permis non seulement de participer à des chantiers d’intérêt communautaire, mais aussi de visiter de nombreux sites touristiques. Par ailleurs, un plus a été apporté à ce séjour par rapport à celui de 2009 : il s’agit d’un certain nombre d’apprentissages dont ont bénéficiés nos jeunes collégiens sénégalais.

 

  1. A propos des chantiers

Toutes les matinées étaient consacrées aux travaux de chantiers.

3 chantiers ont été programmés durant notre séjour :

  • ·         Participation aux activités du Secours Populaire à Alès, une association qui mène des actes de SOLIDARITE en faveur des déshérités. Nous avons ainsi participé aussi bien à des séances de collecte de biens qu’à des opérations de vente de produits collectés organisées par le Secours Populaire. Contrairement à l’idée la plus partagée, nous nous sommes rendu compte de la grandeur d’âme de bon nombre de français qui sont prompts à appuyer des associations mises en place pour aider les plus déshérités.
  • ·         Confection d’une fresque à apposer sur une des façades de la Mairie de St Julien Les Rosiers, une manière de laisser notre empreinte dans cette belle et accueillante ville. Malheureusement, cette fresque bien débutée ne pourra s’achever qu’après notre départ de St Julien Les Rosiers. Pour cela, nous comptons sur le courage et la compétence des jumeaux français.
  • ·         Contribution à la réhabilitation du Château Croussoul à Martinet. La participation à ce chantier a suscité chez nos jeunes collégiens le sentiment d’avoir aidé à la bonne conservation d’un pan de l’histoire de la France, après avoir pris connaissance de l’histoire de ce château.

 

  • ·         Aménagement d’un parc de la municipalité de St Julien Les Rosiers laissé à l’état sauvage. Il s’agissait de dégager le parc en taillant les arbustes qui le composent et de débroussailler leur pourtour.
  1. A propos des visites de sites
  • Le mont Aigoual, 1567m d’altitude, a été visité. Au sommet de cette montagne, les jeunes sénégalais ont découvert des reliefs et un climat qu’ils ont toujours appris en classe, sans jamais les vivre. Nous avons eu le grand privilège d’avoir visité l’observatoire météorologique du mont Aigoual mondialement connu.
  • Les jeunes sont descendus dans les profondeurs de la terre, avec la descente dans la grotte de la Cocalière, mais aussi dans la mine témoin d’Alés où la vie risquée du mineur nous a été relatée. Cette visite nous a outillé à mieux comprendre le drame des 33 mineurs chiliens emprisonnés en profondeur de leur mine, et qui font aujourd’hui l’actualité des médiats.
  • L’une des plus grandes entreprises mondiales de fabrication de bonbons a été visitée. Il s’agit de HARIBO où l’histoire du bonbon nous a été contée à travers d’images projetées sur des écrans.
  • Les jeunes ont visité l’immense domaine exploité par le lycée agricole de Rodilhan qui a envoyé deux de ses étudiants faire leur stage dans le collège de Coubalan durant les mois de Juin et Juillet 2010. Ce stage a pour objet l’étude du système hydraulique à instaurer dans le C.E.M eu égard à l’ambitieux projet  agricole que nous sommes entrain de dérouler.

 Cette visite a fini de convaincre les jeunes collégiens sénégalais de la pertinence dudit projet  agricole, gage de notre future autonomie financière.

  • Au musée de la soie, l’histoire de la fabrication du fil de soie a été contée aux jeunes sénégalais qui ont alors compris pourquoi les tissus en soie naturelle coûtent aussi chers.
  •  Au musée du pont du Gard, l’histoire de la construction de cet impressionnant pont nous a été relatée par le biais de divers supports (vidéo, photos, maquettes ...). Ce pont construit  depuis le 14ème siècle par les romains, est l’un des plus vivants  symboles du passage de l’empire romain dans cette belle région touristique de la France.
  • Au joli village de Calvisson, nos jeunes ont assisté à des spectacles d’encierro et d’abrivado. Ce qui leur a permis de découvrir quelques aspects de la culture de la région. Ces spectacles nous ont rappelé ceux du « Koumpo » ou du « Kankouran » ou autres masques. Seulement, à la place des masques, ce sont des taureaux qui poursuivent les spectateurs qui trouvent du plaisir à les défier. Dangereux, ces spectacles provoquent parfois des accidents.
  • Notre passage à la maison de retraite nous a permis de voir comment les personnes âgées sont traitées en France, en comparaison avec ce qui se passe chez nous au Sénégal. Le débat qui a suivi cette visite a permis à nos jeunes d’atténuer le sévère jugement qu’ils avaient émis à l’égard d’un tel traitement.
  • La traversée de l’Hérault, sur 7Km, par canoës, fut un véritable régal. Cette traversée de l’une des plus belles rivières de la France a été à la fois sportive mais aussi touristique.

 

    3- A propos des apprentissages reçus  

  • Les jeunes sénégalais ont bénéficié de séances d’initiation en informatique et d’apprentissage à la navigation dans internet. Ce fut très instructif pour la quasi-totalité des jeunes sénégalais qui, pour la première fois, ont  touché un clavier d’ordinateur. Le coût de ces séances d’initiation en informatique sont si élevés au Sénégal qu’il n’est pas à la portée de nos jeunes collégiens. Ces apprentissages ont ainsi permis à nos jeunes de pouvoir accéder puis visiter le site de nos partenaires de Solidarité Sénégal.
  • ·         Nos jeunes ont largement profité des apprentissages des premiers gestes de secours dispensés par un sapeur pompier. A cette occasion, nos jeunes collégiens ont procédé à des simulations d’accidentés à secourir, et ont promis de faire la restitution une fois de retour au collège.

 

  • Même la prise d’un petit déjeuner a été pour nos jeunes une occasion pour apprendre. C’est le cas lorsqu’il s’agit de manipuler une micro-onde qu’ils n’ont connue auparavant qu’à travers des films.
  • A la suite des informations livrées par la gynécologue, l’infirmière du camp de vacances  a consolidé les connaissances des jeunes, par le biais d’intéressants sites qu’elle leur a appris à visiter. Ces acquis ont permis à nos jeunes de mieux connaître leurs organes génitaux et leurs rôles respectifs dans la reproduction. Ce qui pourrait aider à mieux outiller nos jeunes contre les nombreux cas de grossesses précoces dans nos établissements scolaires.

D’IMPORTANTS DONS AU BENEFICE DU C.E.M

Au-delà des chantiers exécutés, des visites faites et des apprentissages reçus par nos jeunes, ce séjour a permis à divers partenaires de livrer à notre C.E.M du matériel d’une grande portée pédagogique. Entre autres, nous citerons :  

  • La « valise pédagogique » contenant des appareils de sciences physiques collectés par les enseignants du lycée polyvalent  d’Aubenas, en faveur de leurs collègues du collège de Coubalan qui, certainement, verront leurs conditions de travail s’améliorer considérablement, et leurs enseignements mieux dispensés.
  • Le matériel sportif offert au collège de Coubalan par des jeunes français participants au Raid organisé par UFOLEP. Au-delà de l’acte de solidarité, ce don apprend aux jeunes sénégalais l’abnégation et la persévérance dans l’effort. Car, c’est à la suite d’une collecte de plusieurs mois que les jeunes français ont  pu obtenir tout le matériel octroyé.
  • Les nombreux livres mis à la disposition des collégiens sénégalais, pour l’enrichissement  en manuels de notre bibliothèque.
  • Les  ordinateurs portables et le vidéoprojecteur offerts au collège de Coubalan par l’association « Solidarité Sénégal », pour une restitution au sein du collège des apprentissages en informatique reçus par les jeunes sénégalais durant leur séjour à St Julien Les Rosiers, mais surtout pour une animation du forum de notre site www.solidaritesenegal.com.

Nous saisissons cette occasion pour remercier, au nom de toute la communauté éducative du C.E.M de Coubalan, tous ces partenaires qui contribuent de manière déterminante à toutes les réussites scolaires enregistrées dans notre collège.

CONCLUSION

En dehors de tous ces acquis, nous, membres de la délégation sénégalaise, avons la conviction que le plus important de ce séjour à St Julien Les Rosiers reste le fait qu’il nous a permis de contribuer au  rapprochement de deux communautés  de culture différente ayant un développement inégal. Nous avons eu l’occasion non seulement de participer à des activités d’intérêt communautaire à travers les différents chantiers auxquels nous avons pris part, mais aussi d’apporter aux amis français une touche culturelle par le biais du théâtre et de la danse.

Ce séjour nous a enfin appris à relativiser le mythe que constituent les pays dits développés qui amène parfois les jeunes africains à emprunter les voies périlleuses de l’émigration clandestine. Des rencontres telle que celle que nous avons eue avec la CIMADE (organisation pour l’accueil et la défense des refugiés en France) en ont grandement contribué.

Nous ne saurons terminer sans souligner la prouesse réussie, cette fois ci, par nos partenaires de Solidarité Sénégal, lors de ce séjour de Juillet 2010 : il s’agit de la forte médiatisation de notre séjour. Au moins dans 4 éditions du journal Midi Libre, des articles sont réservés au séjour de la délégation sénégalaise, sans parler des comptes rendus et témoignages publiés dans le site www.solidaritesenegal.com que nous conseillons à tout sénégalais de visiter.

 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :