Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

TONSE Maguette SANE, un Géant au Lycée de Coubanao

20 Octobre 2010 , Rédigé par Lycée de Coubanao.over-blog.com

 

 M. Sané, dit Tons, bibliothécaire

 

 

Dans le cadre d'une série d'entretiens que nous tenons à réaliser au Lycée de Coubanao, nous recevons pour le premier article Tonse SANE Surveillant avec plus de 35 d'activité professionnelle comme ENSEIGNANT.

 

Un village ne manque pas d’aîné’,

Tons, une particularité au lycée de Coubanao

           

Fils d’une famille paysanne, Tons, né Maguette Sané, a vu ses jours en 1950 à Tandiman, une localité située dans le département de Bignona.  

Tons commença ses premiers pas à l’école en 1959 à l’école primaire de Boucotte Est, un quartier de Ziguinchor, sous la direction de Ibou Camara. Il décrocha son entrée en 6eme en 1964, ce qui l’ouvrit les portes du CEG (Collège d’Enseignement Général), appelé en son temps Cours complémentaire.

Après le cycle moyen passé sans faute, il fut proposé par le conseil des professeurs à se présenter au concours d’entrée à l’Ecole Normale William Ponty, une école d’élites. Après le concours, il se retrouve 3eme du CEG, 5eme de la région et 66eme  du Sénégal. Il entre à William Ponty où il s’inscrit en seconde littéraire puis en premiere et terminale D.

Pour des raisons de santé, il quitta William Ponty sans pour autant passer ses examens, et ce, malgré les conseils et l’opposition de son directeur Yaré Fall et de Lazare Badiane, infirmier du lycée.

De William Ponty, Tons atterrit au Centre de Formation Pédagogique de Thiès pour se préparer à l’enseignement. Il y occupa le poste de responsable des stagiaires. Il y présenta d’ailleurs un mémoire de sortie sur la polygamie et la modernité.

A l’issu des examens de sortie, il fut major de sa promotion, malgré les couacs avec certains de ses enseignants.

Ayant comme slogan ‘ au pays ou rien’, Tons fut affecté par décision du Ministre de l’Education M. Mbow, d’abord à l’école des réfugiés à Tobor, puis à Souda (en plein cœur des Kalounayes) où il devient directeur du poste pour finalement y élire domicile depuis 1984. Tons avait 23 ans quand il entra dans l’enseignement.

A Souda, il se lança dans les histoires de la foresterie et de l’élevage des moutons avec comme objectifs la transformation du cadre de vie afin d’y laisser ses empreintes. Il gagna le 1er Prix de foresterie du département de Bignona.

            En 1999, Tons atterrit à Coubanao où il occupa les postes de surveillant en charge des dossiers des candidats et du gérant de la bibliothèque du lycée.

Tons ne dérange personne, il vit dans son petit coin.  Mais, l’on se demande : comment Tons se nourrit ? Pourtant, Tons est bien.

            Tons (Tonton), hérita de ce sobriquet comme slogan pour se rapprocher des enfants, de la population ; pour être au même niveau que tous les hommes tout en conservant sa dignité. Qui dirait le contraire quand on sait que c’est avec des slogans comme ‘ Yes, we can’, ‘ Sopi’ puis ‘Gorgui doliñu’ que ces grands hommes d’Etats ont accédé au pouvoir !

            A quelques pas de sa retraite, Tons reste fier d’avoir façonné la vie de tant de jeunes qui, aujourd’hui, roulent en engins ; fier d’avoir  formé toutes les couches de la société, du griot au haut fonctionnaire.

            Pour lui, le devoir d’un enseignant est d’inculquer le savoir et de former les bonnes habitudes. Un enseignant, c’est une référence, un modèle, un exemple. Etre enseignant, c’est être au dessus de la mêlée. Et sa philosophie reste toujours ceci: le meilleur syndicat, c’est la conscience professionnelle.

Sacré Tons !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Sidy BADJI 23/10/2010 16:06



J'ai bien lu la bibliographie de M. SANE avec attention, ce sage qui me semble apporté un savoir faire professionnel aux fils de casamance voir du sénégal, je lui rends comme vous homage pour sa
carrière bien remplie.


Hommage pour avoir mis ses compétances et sa disponibilité aux services des autres. Je suis fière pour ce qu'il est, pour ce qu'il a apporté et pour qu'il apportera aux fils de casamance
voir du sénégal tout simplement.


Et encore merci a l'équipe du Lycée pour qui, sans eux, rien ne serait ce qu'il est.


Bonne continuation à tous on a besoin de vous.


Sidy BADJI