Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

Société : Gabriel Coly, l'ancien combattant et Centenaire de Tobor.

13 Juin 2011 , Rédigé par Lycée de Coubanao.over-blog.com

DSC05479

Gabriel Coly, matricule 48 417, moi ancien combattant… !!!

 

Tobor, plutôt Baghagha dans la communauté rurale de Niamone dans le département de Bignona.

Tobor à la croisée des chemins, à 10 km de Ziguinchor, une grande collectivité villageoise célèbre par sa scierie, par ses poissons, sa chapelle datant de l’époque coloniale se situe sur la route nationale, l’axe Ziguinchor-Bignona. Tobor c’est aussi ces braves femmes qui sont au « Croisement » et qui vous proposent toutes sortes de fruits selon les périodes.

A partir des Kalounayes, c’est le dernier village avant d’arriver à Ziguinchor, craint par tous les chauffeurs particuliers comme ceux du transport public, les gendarmes y sont toujours présents pour le contrôle routier.

C’est dans ce village qu’une équipe du Blog est allé à la rencontre d’un monsieur qui a plus de CENT ANS. A Baghagha, à 04 kilomètres de la route nationale, vit Gabriel Djibril COLY, un Ancien combattant.

Le regard scrutant l’horizon sans pour autant y voir clair à cause de la vision défectueuse, ‘vieux père’ Gabriel ou Djibril est assis dans la cour de sa maison comme s’il attendait notre arrivée pour nous accueillir. Avec ses 1,66m, ‘vieux père’ est né et a grandi dans cette zone des Kalounayes plus précisément à Baghagha-Tobor, dans la communauté rurale de Niamone, où il vit paisiblement ses vieux jours.

DSC05484

Le blog : Bonsoir, et merci pour l’honneur d’avoir voulu nous accueillir. D’aucuns disent que vous dépassez la centaine d’année, d’autres spéculent encore. Dites-nous quel âge avez-vous réellement ?

Gabriel : (Rires !!!!). Merci pour votre visite.  Je m’appelle Gabriel Coly et je suis né ici à Baghagha. Dans les anciens documents, il est marqué 1912 ; ce qui fait que j’ai aujourd’hui 99 ans. Mais cela n’est pas mon âge réel. Avant, on comptait l’âge à partir de la période  d’initiation. Pour certains l’intervalle entre deux cérémonies était de 40 ans, pour d’autres c’était 30 ans. Et moi, j’ai assisté à quatre cérémonies de 30 ans.

Le blog : Mais qu’est ce que vous faisiez pendant votre enfance ou plutôt quel est le secret de votre longévité ?

Gabriel : ‘kadianda !’ (le kadiando = instrument de labour). Nous travaillions beaucoup la terre. Nous mangions du riz, du mil, mais également des fruits et des feuilles sauvages de certains arbres et plantes. Mais, dans tout cela c’est grâce à Dieu si je vis toujours.

Le blog : Vous avez fait l’armée coloniale, n’est ce pas ?

Gabriel : Bien sûr que oui, je suis ancien combattant de la promotion de 1939. J’étais alors jeune quand nous quittions Ouakam pour la France. Nous avons fait Lyon, Paris, Allemagne. Nous étions revenus parce que nous avions la nostalgie de nos parents que nous avions laissés derrière nous et pour les rassurer, même si au début je ne songeais pas à revenir.

DSC05479

Le blog : Vous-vous appelez Gabriel. Mais pourquoi vous avez  un autre prénom ?

Gabriel : Quand je suis né, je portais le nom de Djibril. Mon père s’appelait Gwady et ma mère Flandjike. Mais après, les Blancs m’ont donné le prénom de Gabriel et c’est comme ça que cela est arrivé. Comme beaucoup d’Africains, je fus animiste avant d’embrasser le Catholicisme. D’ailleurs, à mon retour de la guerre de libération, j’assurais le rôle de catéchiste de la zone.

Le blog : Est-ce que vous discutez souvent avec vos enfants, petits fils et autres ?

Gabriel : Je dis toujours aux enfants de s’unir et de s’entraider. Si quelqu’un a du travail, il faut l’aider. Ils doivent cultiver un esprit de paix entre eux.

Le blog : Et votre numéro de matricule ?

Gabriel : 48 417 !!! (éclats de rires !!!!!!)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article