Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

Ibrahima BADJI 29 ans au service de l'école

9 Novembre 2010 , Rédigé par Lycée de Coubanao.over-blog.com

 M. Badji, Professeur d'EPS

 

 

Vêtu d’un lin noir, il est assis dans la cour de son domicile. Avec un regard serein, il parcourt tout le monde. Nos regards se croisent, il nous sourit, la petite histoire de complicité pour le rendez-vous donné. Il nous invite dans un siège à l’ombre mourante du manguier. Là, le doyen Badji se livre à nous à cœur ouvert.

 

Le blog : Bonsoir doyen, qui est réellement le doyen Badji ?

Le doyen : Je me nomme Ibrahima Badji, maître d’EPS (Education Physique et Sportive) au lycée de Coubanao. J’ai fait mes études primaires et secondaires respectivement à Samine Balante et au lycée Djignabo de Ziguinchor. J’ai subi une formation de 2 ans à Thies de 1979 à 1981, dans l’actuel ENAO, et depuis lors je sers comme maître d’EPS. J’ai servi un peu partout au Sénégal, particulièrement en Casamance. J’ai débuté en 1981 dans l’actuel lycée Ibou Diallo de Sédhiou. Après 2 ans de service, j’ai quitté pour aller à Oussouye. Malheureusement, je n’ai pas duré là. J’ai juste fait 3 mois et puis j’ai de nouveau quitté pour le CEM/T de Ziguinchor. Là j’ai fait presque 7 ans, puis j’ai quitté pour Bignona, au lycée Ahoune Sané. J’y suis resté de janvier 1991 en 1995. Et depuis lors, je suis à Coubanao. Je suis allé compléter ma formation de 3eme année en 2009.

J’ai été élevé par ma mère. Elle m’a toujours indiqué que seul le travail paie ; à côté de l’école, je m’adonne aux travaux champêtres. Pour moi, il faut gagner à la sueur de son front, je n’aime pas la tricherie.

Tous les matins, je fais le sport de maintien, 25 à 30 mn dans la nature.

Le blog : Aujourd’hui, nous savons que vous avez formé beaucoup de cadres. Un de vos anciens élèves, en l’occurrence M. Mingou, est même professeur au lycée de Coubanao. Quels sentiments cela vous procure-t-il?

Le doyen : Je suis content. Il n’y a pas que Mingou, car il y a M. Bâ, M. Baraye (Maths), Mme Camara (Portugais), M. Sagna (Histo-Géo). Je sais que la relève est assurée. J’ai de franches relations avec eux.

Le blog : Après cette longue carrière couronnée d’expériences, quelle vision avez-vous de l’éducation ?

Le doyen : Il y a eu trop de réformes et malheureusement, on ne fait pas généralement de bilan. Aujourd’hui encore, on veut supprimer l’entrée en 6eme. A mon avis, ce n’est pas là où se situe le problème. L’Etat devrait faciliter la tâche aux enseignants. Il faut que nous partions de nos réalités africaines pour améliorer notre système éducatif.

Le blog : Aujourd’hui, beaucoup d’élèves fuient ou négligent votre matière. Alors quel conseil leur donnez-vous ?

Le doyen : Si j’ai un conseil à leur prodiguer, c’est leur dire que l’EPS est aussi valable que les autres matières. Des fois je croise ces élèves fuyards en examen. Ils viennent me dire si on savait. Pour vous parler d’un cas spécial, il y avait un élève que j’avais voulu former au basket ici, mais il l’a négligé. Il pouvait être un bon pivot. Il quitte pour aller à Dakar. Là, il rencontre un entraineur de basket qui voulait le prendre, croyant qu’il était un basketteur fait. Mais, puisqu’il n’avait pas été initié, le monsieur ne l’avait pas pris. Ce dernier lui a même rappelé qu’il y avait un bon terrain de basket à Coubanao. C’est comme ça qu’il perdit sa chance !

Le blog : 29 ans de professorat, quelles sont vos impressions ?

Le doyen : Je ne regrette pas. Je côtoie tout le temps les nouveaux sortants des écoles de formation, parce que la psychologie c’est quelque chose qui change. On commettrait des erreurs si on reste dans son coin pensant qu’on se suffit à soi. Il faut toujours s’approcher des collègues qui viennent d’arriver, ils t’apporteront toujours quelque chose sur les nouveaux règlements.

Ma philosophie, c’est le partage.

Le blog : Le dernier mot du doyen.

Le doyen : Il faut du courage et de la persévérance pour les nouveaux collègues. L’enseignement, ce n’est pas chose facile. Il faut de la patience, car sans elle, on ne peut rien réussir. Il faut de temps à temps jouer avec ces enfants (élèves) pour avoir quelque chose d’eux.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BADJI MAMADOU (UCAD) 08/03/2011 00:02



SALUT JE NE SERAI PAS LOIN DANS MON PETIT MESSAGE SEULEMENT JE SUIS TRES CONTENT AUJOURD'HUI DE VOIRE  MES ANCIENS DU CEM TELS QUE MAGUETT SANE ET BADJI EPS.BONNE NUIT ET BIEN DES CHOSES
 A LA FAMILLE QUANT A NOUS;NOUS PRIONS POUR NOTRE CHERE CASMANCE.QUE LA PAIX S'INSTALLE DEFFINITIVEMENT.  



Lycée de Coubanao.over-blog.com 08/03/2011 10:02



M. BADJI merci que Dieu entende vos prières pour notre région.