Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

Hommage à Mamadou Traoré DIOP

13 Septembre 2010 , Rédigé par Lycée de Coubanao.over-blog.com

 

Kalounayes.over-blog.com à travers ce poème rend hommage 

 

 

 

DEDIE AU POETE DE LA NOUVELLE POESIE ET LITTERATURE

 

MAMADOU TRAORE DIOP

 

 

                                             Tu as suivi les sentiers de l’action

                                             Et  tu es arrivé : souffle de vie, gazouillis de flore

                                             Sur les colonnes obliques d’un éclatement de soleil.

                                             Mon peuple t’a reçu comme le frère du temple :

                                             Luminosité sur ton visage de demi-dieu ;

                                             T’a promené sur l’estuaire de notre amour,

                                             Paternité aux confins des marécages du sud.

                                             Tu as humé le parfum des récoltes

                                             Dans le vagissement des crocodiles du « fognia »

                                             L’enlacement des serpents de la mare,

                                             De la mare et lumière ;

                                             Feu sur l’écueil de cent mille ans

                                             Bouillonnant de civilisations

                                             De toutes les civilisations

                                             Sur les pores de nos générations.

                                             Les femmes ont salué tes pas

                                             Dans la boue des rizières.

                                             Pèlerin en lambeaux au pied de Kabimban

                                             Et sur les heures d’une longue attente,

                                             Tu as atteint la forêt de Koubanao

                                             Sur les colonnes obliques d’un éclatement de soleil.

 

 

Lamine Kéba SONKO                                             Baghagha, le 07 septembre 1968

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article