Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

Fondation SYLLA CAAP/TATI et Koubanao, une longue histoire

16 Mars 2012 , Rédigé par Lycée de Coubanao.over-blog.com

LAMINE KEBBA SONKO

 

 Historique d'un processus d’engagement à la solidarité internationale et au developpement Durable

L’expérience de la C.A.A.P./Equilibre, Partage et Solidarité Internationale et le Comité Entente et Développement de Koubanao (CEDK).

 

 

Le 30 Novembre 1977, le Docteur Ibrahim SYLLA frappe à ma porte au numéro 88 des HLM de Boudody, accompagné de son frère Pape NDIAYE, de son épouse Marie Claire Moreau de Nicole et d’un ami.

Un couple, une famille qui portant en eux la noble ambition de bâtir une société nouvelle ; une humanité débarrassée des tares qui avalisent la promotion de la condition humaine. Ce couple, cette famille avaient créé depuis la lointaine Europe une organisation dénommée la “Coopérative - Être - Humain” (CEU).

Notre entretien avec le Docteur Ibrahim SYLLA avait tourné pendant plus de 30 minutes sur des objectifs précis à savoir :

- Recherche d’un village (à travers la Casamance) pouvant abriter leur projet,

- Retrouver une vie en communauté dans le cadre d’une solidarité agissante, d’une quête d’un monde de justice, de partage et de paix,

- Mettre en exergue les valeurs traditionnelles de la culture,

- Magnifier et dignifier la place hautement prépondérante de l’Homme.

Voilà de façon ramassée, les idées qui ont nourri notre entretien dans la nuit du 30 Novembre 1977 aux HLM Boudody. Et depuis, les contacts et les échanges ont évolué positivement. Et depuis cette nuit, le Docteur Ibrahim SYLLA, de retour en France, en Suisse (en Europe), s’est puissamment employé, à travers la “Coopérative-Être-Humain”, à faire en sorte que les choses bougent, que les choses changent positivement.

La base, c’est-à dire les organisations traditionnelles, venaient ainsi de s’approprier le terme « développement local » à travers une participation effective des populations par rapport à des choix partagés avec des amis de l’extérieur. Au niveau de l’Autorité Centrale, il s’agissait, à cette époque, d’assistance technique et ensuite de coopération.

 

049

Les différentes réformes administratives et territoriales de 1972 dans la région de Thiès et de 1978 dans le reste du Sénégal, réformes qui ont présidé à l’avènement des Collectivités, incitaient les AUtorités Centrales à asseoir une politique de gouvernance locale des affaires et du patrimoine de l'Etat.

 

Et c’est ainsi que d’assistance technique, de coopération tout court, nous nous retrouvons sous l’ère de Coopérations Décentralisée.

Il faut reconnaître au Docteur Ibrahim SYLLA, à son organisation, à sa famille et à tous ses sympathisants, le fait qu’il a été un véritable précurseur, c’est-à-dire le premier à avoir pensé que la Coopération Décentralisée doit forcément concerner tout d’abord, les acteurs à la base dans le cadre des rapports d’équilibre, de partage et de solidarité internationale.

En Italie, dans la Province de PAVIA, le Centre Mamiwata collabora avec la “Coopération-Être-Humain” du Docteur Ibrahim SYLLA. A Koubanao le Comité Entente et Développement de Koubanao (CEDK) devient le correspondant de la CEU et du Comité PAVIA/Sénégal/Italie.

La vision panafricaniste du Docteur Ibrahim SYLLA et de toutes celles et de ceux qui avaient choisi de cheminer avec lui, l’amènera à visiter l’Histoire de l’Afrique, l’Histoire des Hommes et des Femmes du Continent. Il décida donc de créer une Communauté qu’il dénomma la “Communaté Aoura Abba Pokou” (CAAP), du nom de la Reine Pokou de la Légende Baoulé.

046

En le faisant, le Docteur Ibrahim SYLLA a voulu rendre un hommage à la femme “Femme Africaine”: la femme symbole, qui a sacrifié ce qu’elle avait de plus cher pour sauver son people.

Une nouvelle forme de partenariat venait de voir le jour à travers un réseau d’échanges : réseau constitué des choix et des aspirations des populations de la collectivité villageoise de Koubanao. Il est évident que tout ce qui a été fait dans le cadre de l’Assistance Technique et de la Coopération d’alors n’a eu aucun impact au plan de la “Participation Responsable” et au plan de l’implication des populations dans la gestion de leur vécu quotidien.

Le Docteur Ibrahim SYLLA Tati fut véritablement un pionnier de la Décentralisation, un moteur du Développement durable, parce qu’il avait compris très tôt que tout développement des ressources doit forcément passer par la formation des acteurs ciblés pour promouvoir celui-ci.

100

Le Docteur Ibrahim SYLLA mena de front : « Formation - Construction et Equipement d’infrastructures », la réalisation du projet de construction d’un Poste de santé et d’une maternité rurale ; projets retenu comme étant la priorité des priorités lors du Congrès du 17 Octobre 1969 fut enfin réalisé grâce à l’apport de la Coopération-Être-Humain (CEU) que dirigeait à cette époque le Docteur Ibrahim SYLLA.

 

Les femmes et les hommes se chargeaient de la main d’œuvre. Au même, Sidy SANE subissait une formation en qualité d’aide infirmier secouriste à l’Hôpital Mendrissio ; deux année plus tard, à la Faculté de Médecine de Compiegne.

A la suite du Poste de santé et de maternité, plusieurs projets furent réalisé par la Communauté Aoura Abla Pokou /Partage, Equilibre et Solidarité Intrenationale (CAAP), puis par la Fondation SYLLA /CAAP  ;  sont de ceux-là :

Le Collège d’Enseignement Moyen (CEM) actuellement érigé en Lycée (équipement en tables banc, armoires, chaises et manuels ;

- L’école élémentaire de Koubanao

- L’école de Diango

- Les fournitures de livres et de cahiers

- La maternité de Diango

- Les dotations en médicaments (Koubanao et Diango)

- Inscription dans un Lycée : Bacary SANE (Diango) et Pape El Hadj SONKO (Koubanao)

- Stage de formation

§ Sidy SANE : aide-infirmier secouriste (Koubanao)

§ Babou MANGA : aide-infirmier secouriste (Diango)

§ Arona TAMBA en apiculture (Koubanao)

§ Abdou TAMBA en agriculture (Koubanao)

§ Ousmane SANE en agriculture (Diango)

§ Djibril TAMBA en menuiserie ébéniste (Koubanao)

§ Malang MANGA (Diango

§ Binta SANE Matrone (Simakounda)

§ Alassane DIEDHIOU (Topgraphie) Koubanao

 

Les stages de formation ont permis à tous ces jeunes de revenir au village et de s’insérer dans les différents secteurs suscités. Les jumelages avec la Commune de CAVA Manana/Koubanao ; DORNO/Diango et Gropello/Simakounda, ont permis d’établir un véritable réseau d’échanges socio-économique et socioculturel.

 

Les fournitures en livres, en  cahiers, tout un lot de matériel pédagogique a permis, encore une fois, d’atténuer les difficultés auxquelles font face, de façon chronique, les parents d’élèves au cours de l’année scolaire, les enseignants et le personnel administratif.

La construction d’une école de six classes à l’école élémentaire de Diango dans l’Arrondissement de Sindian, Département de Bignona, d’une maternité des plus modernes dans la même localité, l’équipement de celle-ci en matériel médical, portent un éclairage certain à la grande ambition de la CAAP/Partage/Equilibre et Solidarité Internationale.

 

 

A l'estimation, l'investissement aurait sans aucun doute atteint des proportions importantes rarement égalées. La demande qui est à l’origine d’un tel résultat, démarche

savamment menée et par la CAAP et par les populations s’appuyait sur la volonté des uns et des autres à promouvoir un certain cadre de vie, un cadre d’ouverture intégrale.

La mise en exergue de cette ressource essentielle qui est l'" HOMME”, a véritablement guidé toutes les actions de la CAAP/Partage, Equilibre et Solidarité Internationale dans le cadre d’un développement endogène durable qui misait pour le développement de tous les secteurs.

A l’estimation, on peut sans ambages, affirmer que la priorité pour la CAAP/Partage,

Equilibre, Solidarité Internationale et la Fondation SYLLA/CAAP, s’annonçait en terme de santé de la femme, santé de l’enfant, de santé tout court et d’éducation.

Permettez-moi de rappeler que les parrains furent trouvés à tous ces jeunes qui avaient

subi leur formation en France, en Suisse et en Italie. Ceux-là (les parrains) eurent pour rôle, d’accompagner les populations et les stagiaires tout au long du processus d’insertion dans les circuits de développement, de développement durable.

A cela, il faut ajouter, l’élaboration d’un programme nutritionnel destiné à corriger les carences d’une nutrition aux proportions inquiétantes. Les consultations, les soins, les dons en médicaments, une ample information sur la prévention : tout ce programme fut assuré.

Le Docteur Ibrahim SYLLA s’appuyant sur la famille “Kër JAMA”, sur la CAAP/Partage, Equilibre Solidarité Internationale et la Fondation SYLLA/CAAP déploya une réelle action militante en faveur des démunis. Toute la vision prospective de la CAAP et la Fondation est porteuse d’humanité, d’avenir et de progrès. C’est cette capacité d’anticipation sur les objectifs qui meublent son temps qui fait du Docteur Ibrahim SYLLA Tati le précurseur d’une époque dont la thématique est axée sur la préservation de l’identité des Communautés souveraines face aux défis des temps modernes et des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC).

C’est tout naturellement dans ce contexte que tracte le “savoir” ; c’est tout naturellement dans ce contexte que la posture du Docteur Ibrahim SYLLA, celle de la CAAP/Partage, Equilibre et Solidarité Internationale, de la Fondation SYLLA/CCAAP et celle de tous les sympathisants, trouvent une expression de haute teneur humaniste.

A koubanao et dans le département de Bignona en Casamance, les priorités qui sont  : la santé, l’éducation, la formation et l’agriculture furent réalisées avec la construction d’un poste de santé et d’une maternité rurale, la construction d’un Collège d’Enseignement Moyen (CEM) érigé en lycée, d’école élémentaire à Diango et à koubanao, l’équipement de ces infrastructures en mobilier et matériel pédagogique.

Dans le domaine de la formation, des jeunes de Koubanao, Diango, Simakounda furent formés dans différents secteurs.

 

 En agriculture, arboriculture, maraîchage et élevage, les jeunes issus de la région bénéficièrent de formation.

Le processus d'insertion des jeunes dans les circuits de production : c'est-à-dire, dans la vie de façon ininterrompue et c’est ce qui explique toute cette agitation bénéfique des membres de la CAAP/Partage, Equilibre et Solidarité Internationale, de la Fondation SYLLA/CAAP, autour du Docteur Ibrahim SYLLA Tati.

C’est ce qui explique l’adhésion forte de l’école de formation de la ville de CANNES au programme d’appui aux initiatives de formation, d’éducation et de développement durable. C’est là encore une fois, une démarche novatrice de haute facture.

L’intervention de MM Stéphane, Pierre et Cédric au niveau du Lycée de Koubanao dans un délai record est le gage d’un partenariat aux manifestations sociale, culturelle d’une réelle ampleur.

Les populations de koubanao et partant celles des kalounayes remercient le Docteur Ibrahim SYLLA, la CAAP, MM Stéphane, Pierre et Cédric, les élèves et tout le personnel de l’école de formation : Unité de Formation CANNES Méditerranée (U.F.C.M.)

Il nous appartiendra tous ensemble d’écrire le “Grand Livre” d’une coopération véritable pour que les générations futures puissent s’inspirer de la démarche qui a conduit à l’éclosion d’un Monde nouveau ; un Monde de partage et d’équilibre, mais surtout de paix universelle.

AMEN !!!

                                                                                                Le Président du CEDK

Lamine kéba SONKO

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Aisha Sylla 16/03/2012 18:17


merci!!!

Lycée de Coubanao.over-blog.com 16/03/2012 18:22



C'est à nous de vous remercier pour tout ce que vous êtes entrain de faire, le combat que vous êtes entrain de mener.