Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

Conférence : Mythe de la malédiction des BAÏNUN

27 Mars 2011 , Rédigé par Lycée de Coubanao.over-blog.com

 

078

MYTHE DE LA MALEDICTION DES BAÏNUN (actuellement Baïnouck)


            Il est un fait aujourd’hui établi en Casamance qui affirme que les Baïnun, considérés comme la première humanité dans la région, sont frappés d’un certain complexe culturel vis-à-vis des autres. Celui-ci résulterait de la malédiction lancée contre eux par leur propre souverain GANA SIRA BANA BIAAY appelé aussi Matsobsi ou Mansaboor.

Nous pouvons affirmer pour avoir fouillé dans l’histoire des peuples de la région que cette vision est radicalement fausse et relève tout simplement de la légende. Il n’a jamais été question de malédiction des Baïnun encore moins par leur souverain. Aucun texte, aucune trace matérielle bien précise dans le temps ne le prouve. Or, l’histoire c’est avant tout les textes, les faits, des repères précis, des contextes.

095

Il y a tout simplement que les Baïnun ont tété le bouc émissaire d’une lutte de type darwinien qui a abouti à leur destruction brutale. Ouverts, hospitaliers, ils ont accueilli à bras ouverts tous les autres peuples plus rompus qu’eux aux arcanes de la guerre et pourtant considérés comme de vrais amis. Les lois de cohabitation humaine ont fait que leurs propres terres fertiles devenant un espace vital devant la poussée démographique, étant submergés par es voisins et frères de plus en plus nombreux qu’eux, les Baïnun furent obligés de se déplacer en masse depuis les terres orientales de la Casamance naturelle. Et parce que leur destruction brutale ne pouvait laisser indemne la conscience de leurs génocidaires, les Baïnun furent alors désignés comme un peuple impur, ténébreux, lubrique et incapable d’impulser le moindre progrès. On élabora ainsi des mythes, des légendes et des récits contre les Baïnun. Il s’agissait désormais pour leurs génocidaires de les considérer tout simplement comme des victimes barbares dont il fallait s’éloigner pour que les peuples voisins refleurissent avec une conscience angélique. Cette conception rétrograde que l’autre veut de vous et qu’il voudrait que vous ayez de vous fut malheureusement digérée par les Baïnun eux-mêmes avec une facilité déconcertante dans les temps modernes. Ainsi naquit le complexe culturel Baïnun. Aujourd’hui, la plupart des Baïnun se considèrent comme des Joola, des Manding ou des Balant ayant perdu leur conscience historique.  La parenté patronymique Jatta, Manee, Jemme, Sambu, Koli, Saana, est surtout culturelle avec les différents rituels initiatiques et funéraires qui frisent parfois l’identité facilitèrent cette fusion. D’ailleurs, l’ancien gouverneur M. Saliu SAMBU a raison de souligner que si le Baïnun n’avait pas existé, le Joola, le Balant, le Manjak, le Mankaañ n’auraient pas existé.

Pour notre part, les questions qu’on voudrait poser à tous sont celles-ci :

-   Au moment où l’Afrique avec 800 millions d’habitants ne pèse que moins 3 % du commerce international est-il important de s’attarder sur des prétendues supériorités de peuples africains sur d’autres ?

-   N’est-il pas plus essentiel de s’appesantir sur la réalisation de nos priorités absolues : la paix, l’unité, la sécurité, la santé, l’éradication de l’analphabétisme, de la famine, la mise en place de bons réseaux sanitaires ? etc..

-   D’autre part, de quelle légitimité biologique ou historique, peuvent alors se prévaloir certaines communautés ethnolinguistiques pour affirmer qu’elles sont plus pures que d’autres, les Baïnun en particulier, en leur jetant l’anathème ?

-   De quelle noblesse se prévaut-on ? Noble par rapport à qui ? Et où ?

Le respect du relativisme culturel n’a-t’il son mot à dire pour une bonne cohabitation des peuples ?  

 

Nous attendons les réponses à celles-ci et il ne faut surtout pas que ces questions soient escamotées.

Quoiqu’il en soit, la réalité des faits prouve que notre mentalité sociologique sénégalaise et casamançaise en particulier, est archaïque, en tout cas conservatrice et qu’il nous faut l’éradiquer au plus vite afin de déverrouiller notre esprit créateur. Nos rapports avec les temps modernes, avec le futur et surtout avec un monde fait d’échanges, d’ouverture, de solidarité, de partage, d’humilité et de persévérance dans l’effort sont assez ambigus.

Si nous ne comprenons pas ces enjeux vitaux pour notre futur, il n’y aura ni accès à la science, au commerce international où le monde meut aujourd’hui, ni accès à la véritable éducation, la seule qui libère et anoblit l’homme et la femme.

Nous avons pris ferme résolution de combattre, sûrement avec d’autres, les idées saugrenues, l’inanité de nos préjugés et les mythes soporifiques qui relèguent la Casamance dans le puits profond de l’histoire. Tel est notre combat. Le reste ne nous intéresse pas. La situation de rejet psychologique que vivent les Baïnun et d’autres communautés ethnoclaniques en Casamance même si c’est de manière assez feutrée doit émouvoir chacun d’entre nous dans une région qui a besoin de tout sauf de l’exclusion d’une de ses composantes.

Au rendez-vous de la réflexion et de la production, la Casamance devrait y participer par le biais de ses fils bien éduqués, bien formés et armés d’une culture qui ne connaît ni haine, ni race ni les étouffants orgueils.

Il s’agit de faire aujourd’hui plus qu’hier de faire en sorte que Baïnun, Bassari, Braam, Joola, Manding, Pel Pepel, Seereer, Soninke, Tukuleer, Wolof etc …acceptent et continuent de se fondre dans un même moule. La Casamance peut être plus que toute autre région en a besoin et très vite pour l’émergence d’un Sénégal meilleur. Nous sommes à la croisée des chemins.

 

Amadou Fall


Par El Hadji Amadou FALL, Inspecteur de l’enseignement à Ecole de Formation des Instituteurs de Ziguinchor

Courriel : amfal13@yahoo.fr 

Téléphone : 77 564 43 53    

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kassoumay 05/04/2011 21:25


Je peux essayer de vous aider pour mettre des MP3 Merci de m'envoyer votre mail sur = campementouoncketdieba@hotmail.fr pour que nous puissions échanger. à très bientôt Nicole


Lycée de Coubanao.over-blog.com 06/04/2011 13:47



Merci professeur à très bientôt.



kassoumay 05/04/2011 21:24


Je peux essayer de vous aider pour mettre des MP3 Merci de m'envoyer votre mail sur = campementouoncketdieba@hotmail.fr pour que nous puissions échanger. à très bientôt Nicole


Lycée de Coubanao.over-blog.com 06/04/2011 13:49



Merci à très bientôt



kassoumay 05/04/2011 19:16



Super ! !


Je crois effectivement qu'il faut arrêter de parler des différentes ethnies, vous êtes le peuple sénégalais.


Et pour nous qui venons vous voir, nous  ressentons bien que cela freine votre ouverture sur le monde.


Je crois qu'il faut même aller plus loin...il faut accepter et donner des responsabilités à des habitants des villages, même s'il ne sont pas nés dans ce village.


J'ai entendu un haut responsable me  dire d'un habitant qui voulait prendre des responsabilités au sein de la Communauté : il n'est pas d'ici ...il est du blouf ! et là je me suis dit :
Mer.. on avancera pas !


Bon courage


Amitiés


 


 



Lycée de Coubanao.over-blog.com 05/04/2011 20:39



Merci pour tos vos encouragements dommage que nous n'avons pas encore la possibilité de publier des fichiers MP3 sur le blog car nous vous aurions envoyé une partie de la conférence.


M. Fall l'a si bien dit, qu'il faut se départir de tous ses orgueils mal placés ou de ce complexe, si nous pouvons l'appeler ainsi, tout ceci est dépassé.


Seuls, ceux qui ne veulent pas progresser ou ont des complexes, soulignent la non appertance ou l'origine de celui qui est entrain de travailler.


C'est souvent quand leurs intérêts sont menacés ou quand ils n'y trouvent pas leur compte en pensant que celui-là qui est entrain de travailler sans espérer quelque chose en retour, y gagne
beaucoup de choses, de l'argent. Quand ils ont besoin de vous ils n'en parlent jamais.


Quant à nous, personne ne pourra nous devier de notre sacerdoce d'enseignant qui est : de particiiper au développement de la localité dans laquelle nous servons. Merci encore Nicole en espérant
que vous nous aiderez, encore une fois de plus, à trouver la solution pour mettre des fichiers MP3 dans le blog.



Antoine 03/04/2011 20:15



cette malédiction reléve du passé, elle n'est plus d'actualité



Lycée de Coubanao.over-blog.com 03/04/2011 20:20



Cher lecteur, pour nous qui avons assité à la conférence, nous avons l'intime conviction que cette malédiction na été que pure invention.