Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

Bâteau "Le Joola" Contre l'OUBLI : 09 ans déjà.

18 Septembre 2011 , Rédigé par Lycée de Coubanao.over-blog.com

 

Le Diola HUIT ANS DEJA 26 septembre 2002-26 sep

Le bâteau 'Le Joola'   09 ans après son naufrage, ce lundi 26 septembre 2011, continue de susciter des débats sur les causes, les responsabilités, les conséquences etc...

Nous vous proposons ce poème de Lamine Kebba SONKO pour lutter contre l'OUBLI.

joola-4joola-2

 

 

 

C’était écrit au ciel …

 

Le naufrage du « Joola »

 

                  C’était écrit au ciel : ce 26 septembre 2002.

                  Des noms de famille, des noms d’enfants ;

                  Des noms de femmes, des noms d’hommes ;

                  Des noms d’étudiants, de noms de  « bana-banas » ;

                  De magistrats, d’enseignants et de touristes ;

                  De jeunes footballeurs d’écoles de football ;

                  De musiciens de l’orchestre « Diamoral » ;

                  De musiciens imitateurs de Youssou NDOUR,

                  Du musicien et danseur « Tableau Ferraille »,

                  Des noms de paysans, d’ouvriers et de marins,

                  Des noms de soldats, des noms de voyageurs.

 

                                   C’était écrit au ciel : ce 26 septembre 2002 :

                                   Des Africains, des Blancs d’Europe – que sais-je ?

                                   Conviés au rendez-vous des Anges,

                                   Et attroupés sur la façade

                                   Océane de l’au-delà.

                                   Sur les eaux au large de la Gambie.

                                   Le monstre de fer couvait un chantier sous-marin

                                   Et une partition funèbre

                                   S’emparait de ses compartiments

                                   Que la vie s’empressait de quitter.

 

                  Tout est arrivé très vite ;

                  Tout a basculé très vite ;

                  Ont dit les rescapés

                  Des entrailles de la mer.

                  Est arrivée très vite

                  La tragédie au contour de fatalité

                  Amplifiée par les assauts meurtriers,

                  Les assauts répétés de la tempête

                  Des tentacules de la mort

                  Sur les parois des cabines ;

                  Les cordages, les mâts,

                  Et les cheminées repris à l’envers,

                  La crasse des ponts et des passerelles,

                  Le poids des marchandises,

                  Le chargement des véhicules

                  Projetés contre les visages innocents

                  Des passagers de la mort.

 

                                C’était écrit sur les tablettes

                                Des « Daïras » du ciel.

                                En cette matinée d’accolades

                                Dans le port vivant de Ziguinchor ;

                                D’accolades du père ou de la mère

                                Du frère ou de la sœur ou de l’ami.

                                En cet après-midi de fin de vacances ;

                                En cette matinée de poignée de mains,

                                De poignées de mains serrées à la hâte,

                                Et serrées comme un Ultime Adieu,                  

                                 La catastrophe avait payé son ticket.

                                 En cette nuit de « cumuls d’erreurs » assassines,

                                 L’horreur avait fait ses valises

                                 Et pactisé avec un fond de mer

                                Tapissé de sable et de coquillage.

 

                  Ô ! Morts qui dormez dans le grand silence !  

                  Les tourbillons d’orages et sous le ciel bas !

                  Ô ! Morts rencognés dans le ventre des courants !

                  La cale surchargée d’un navire fantôme

                  La Casamance dans la tourmente

                  Reprend le verset des naufragés du « Joola »,

                  La chorale qui renvoie à Dieu

                  Les missions sans retour !

 

                                               Trois cimetières : un à Mbao,

                                               A Kabadio et à Ziguinchor ;

                                               Puis un quatrième en Gambie.

                                               Il n’y eut en fin de compte qu’un seul :

                                               Le cimetière «Le Joola » au large de Banjul,

                                               Renferment dans ses cabines.

                                               Et l’enchevêtrement de câbles

                                               Et de machines,

                                               La détresse de tant d’hommes et de femmes,

                                               De tant d’enfants arrachés sitôt

                                               Du sein maternel et de la scène du monde.

 

                  Il n’y eut en fin de compte qu’un seul :

                  Le cimetière « Le Joola » au large de Banjul,

                  Entouré d’eau de toutes parts,

                  Fouetté par le vent, les vagues,

                  Rongé par le sel et le temps qui passe…

                  Il sera grand ce cimetière « Le Joola »

                  Sous les flots et dans le ciel ;

                  Erigé en mémorial de larmes,

                  En monument d’appels sans échos,

                  Aux limites des eaux du Sénégal

                  Et de la Gambie,

                  Là où le destin surprit la Casamance,

                  En dépit de la surenchère de la Météo.

 

                                               Elle avait pourtant diffusé et répété :

                                               "Au large de nos côtes,

                                               La mer sera agitée à très agitée ;

                                               Avec formation d’amas nuageux,

                                               Accompagnés de vents violents !"

                                               Vous qui allez en mer,

 

                                               Renchérit Sud FM,

                                               "N’oubliez pas votre compagnon

                                               De tous les jours :

                                               Le gilet de sauvetage.

                                               La mer sera très agitée !"

                                               Et la Météo et Sud FM se sont tus.

 

                  C’était écrit au ciel : ce 26 septembre 2002.

                  Des noms de familles, des noms d’enfants ;

                  Des noms d’hommes et de femmes

                  Confinés sur des écrans de site Internet,

                  Relayés par un téléphone le 800 18 18

                  Des images qui vous captent l’esprit

                  Comme un rétroviseur géant.

                  Chargées de souvenirs et de résignation

                  Et qui hanteront à jamais

                  Ce coin de mer

                  Et de ciel au large de la Gambie.

 

                                               Combien étaient-ils cette nuit-là,

                                               En proie à la soudaineté du désastre ?

                                               Un désastre momifié

                                               Au départ de Ziguinchor,

                                               Et qu’un échafaudage de fautes

                                               Et fausses manœuvres tira de sa torpeur.

 

                  Il reviendra « Le Joola » ?

                  Au port de Ziguinchor ;

                  D’où il partit un matin.

                  Il reviendra pour le dernier sacrifice ;

                  Pour les prières du vendredi

                  Et les messes du dimanche ;

                  Le rituel d’initiation

                  A la douleur et au pardon…

                  Nous l’aurions voulu là, flottant

                  Au milieu du fleuve Casamance,

                  La proue tournée vers l’embouchure.

                  Comme pour attendre le retour

                  De ceux-là dont a été écourté

                  Un mois de septembre

                  Au large de la Gambie

 

                                               Nous avons attendu toute la journée.

                                               Nous avons attendu toute la nuit,

                                               Et d’autres journées et des encore ;

                                               Sans un souffle sur les lèvres, sans dormir,       

                                               Des mains soutenant une tête éclatée.

                                               Et nous voilà piétinant notre douleur,

                                               Une douleur compilée à la jonction

                                               De la mer, de la terre et des choses.

                                               Nous voilà égarés sur les boulevards

                                               Sans issues

                                               Traversés par le regard des disparus

                                               Ce 26 septembre au large de Banjul.

 

                  Nous avons attendus désemparés,

                  Suspendus

                  A la prunelle

                  Des yeux, ternes, des yeux sans vie

                  Des naufragés du bateau « Le Joola »

                  Suspendus aux morsures

                  De la trappe des heures et du temps,

                  De tous les êtres pris

                  De frissons et d’amour,

                  De répulsion agitant des corps,

                  Des corps atoniques et fluides.

 

                                               Et nous voilà par mille chemins,

                                               Remontant les pentes

                                               De cette nuit d‘éclipse,

                                               Parmi les arabesques

                                               Des jardins du ciel,

                                               Des jardins enfouis au fond de l’océan.

 

                  Nous sommes au carrefour

                  Des marches linéaires ;

                  Collecte d’attentes et d’espoirs perdus ;

                  Des voix sibyllines retenant nos pas,

                  Des récits sublimes

                  Combien étaient-ils cette nuit-là

                  Sur ce bateau « Le Joola » ?

                  Ivres du laisser-aller des hommes,

                  Mais aussi de la destinée

                  Rythmant les poches de la nuit

                  Et de la grande harmonie.

 

                                               Combien étaient-ils ? Un millier ?

                                               Englués dans les creux des vagues

                                               Et sous le firmament

                                               Où se croisaient

                                               Les silhouettes devancières

                                               De ceux là qui ont vécu

                                               Cette nuit de renonciation

                                               Au large de la Gambie

                                               Un mois de septembre 2002. 

 

 

 

Lamine Kéba SONKO                                           Ziguinchor, le 16 octobre 2002

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Voix Africaine 27/09/2011 11:37



Magnifique hommage! Publié sur Voix Africaine avec un lien sur l'article pour inviter les lecteurs à découvrir ce très beau texte! Merci. Pour VOIX AFRICAINE, Aisha Sylla



Lycée de Coubanao.over-blog.com 27/09/2011 15:44



Merci beaucoup



kassoumay 18/09/2011 19:01



Merci de nous rappeler qu'il ne faut jamais oublier !


Amitiés.