Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Lycée de Coubanao

Bacary Filidié BADJI, le Patriarche de Tobor

15 Novembre 2010 , Rédigé par Lycée de Coubanao.over-blog.com

           Bacary F. Badji, Tobor (2)

 

 Lorsqu’on l’aperçoit, on est bien loin de s’imaginer que ce vieux natif du village de Tobor, une localité située à la berge de Ziguinchor dans les Kalounayes, peut avoir à son compteur une centaine d’années. Et pourtant, c’est la réalité. La moustache blanche bien entretenue, le regard gai, il avance vers nous. A l’aide de sa canne, ce père de l’ancien député socialiste Adama Badji, actuellement installé au pays de l’Oncle Sam, traine lourdement ses membres inférieurs dont  la maladie consécutive à une opération ratée à la prostate limite ses déplacements.

Le blog : Bonjour, comment vous appelez-vous ?

Bacary Badji : Je m’appelle Filidjé Bacary Sané.

Le blog : En quelle année êtes vous né ?

Bacary Badji: Je ne peux le savoir exactement, car aujourd’hui les choses ne sont pas comme à l’époque. Jadis, on comptait les âges des personnes selon les circoncisions qu’on appelle ‘BUKUT’. L’intervalle qui séparait deux circoncisions était de 30 ans. Et pour moi, j’aurai assisté à 4 quatre circoncisions en 2012. Mais je suis né bien avant la première circoncision qui  a eu lieu en 1922.

Le blog : Est-ce qu’il y a aujourd’hui certaines personnes de votre génération en vie ?

Bacary Badji: La seule personne de ma génération se trouve dans l’autre quartier (de Tobor). Il s’appelle Nfally Sonko. Mais moi je suis plus âgé que ce dernier.

Avec son fils Yaya BadjiAvec ses deux femme, Yama Sané (à droite) et Yama Badji (

 Le blog : Quels sont les secrets de votre longévité ?

Bacary Badji : Si je maintiens aujourd’hui une bonne forme, c’est peut être dû aux activités des travaux champêtres ; nous travaillions beaucoup le riz que nous consommions. On ne mangeait que ce riz là, pas celui exporté. Aussi, mon père fut un grand chasseur, ce qui faisait qu’on mangeait beaucoup de la viande. Après sa mort, j’ai pris sa relève. Il y avait également des ignames sauvages à provision.

Le blog : Avez-vous voyagé hors de Tobor ?

Bacary Badji : Principalement, j’ai voyagé en Gambie et en Guinée Bissau, et les voyages se faisaient toujours à pieds. Cela nous prenait 2 jours pour arriver en Gambie.

  

Bacary F. Badji, Tobor (1)

Le blog : Si vous devez vivre encore longtemps, combien d’années voudriez-vous encore passé en vie?

Bacary Badji : (rires !). Si la mort se voyait, j’allais lui demander de venir. J’ai envie de partir.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

abdoulaye sall 09/12/2010 02:28



C'est un travail remarquable comme celui effectué  avec la dame de khathioune si je ne me trompe. Cela rappelle le célèbre proverbe de Hampaté Ba: en Afrique un vieillard qui meurt c'est
une  bibliothèqe inexploitée qi brûle Heureusement ce n'est pas le cas pour ce patriache plein de sagesses et de lecons à léguer à nous autres pris dans le tourbillon de la modernité!!! Il
est temps que nous nous puisions à ces sourcres de savoir immensecs avant qu'il ne soittrop tard! telle est votre tâche, vous y attelez, persverez dans ce sens!



Lycée de Coubanao.over-blog.com 17/12/2010 10:34



Merci M. SALL pour tout le soutien moral